Génétique animale

Compétences

 

  • Analyse de l’architecture génétique
  • Etudes d’association pangénomiques
  • Préservation des ressources génétiques animales
  • Estimation de la valeur d’élevage des chevaux et des moutons

 

 

Équipe

Prof. Dr Christine Flury, coresponsable, professeure en génétique animale

Prof. Dr Hannes Jörg, coresponsable, professeur en génétique animale

Alexander Burren, collaborateur scientifique

Mirjam Frischknecht, collaboratrice scientifique 

Dr Heidi Signer-Haslercollaboratrice scientifique

Flurina Zeindler, assistante

Marion Zumbrunnenassistante

 

Projets en cours

Naturellement dépourvus de cornes

Ce projet recherche les raisons génétiques de l’absence de cornes chez certains bovins. La connaissance de la mutation originelle permet de repérer les animaux sans cornes homozygotes et donc de procéder à des croisements efficaces.

Direction du projet : Hannes Jörg

Description du projet

Swiss Low Input Genetics (SLIG)

Dans ce projet, la HAFL collabore avec plusieurs partenaires de l’économie et avec l’université de l’Iowa (Iowa State University). Il s'agit de déterminer dans quelle mesure les séquences pangénomiques peuvent améliorer l’estimation de la valeur d’élevage génomique chez les races bovines laitières suisses. Par ailleurs, les scientifiques développent un instrument permettant de suivre l’augmentation de la consanguinité, l’objectif étant de préserver la diversité génétique à long terme.

Direction du projet : Christine Flury

Description du projet

Article dans infoHAFL n° 3/2014 (pdf)

 

Estimation de la valeur d’élevage de moutons suisses

Auparavant, la sélection des moutons se basait sur leur apparence extérieure et leurs performancess. Aujourd’hui, ce système est remplacé par l’estimation de la valeur d’élevage, que la HAFL met au point en collaboration avec la Fédération suisse d’élevage ovin. Jusqu’ici les races suivantes ont été prises en considération : blanc des Alpes, mouton à viande à tête brune, brun noir du pays, nez noir du Valais et mouton d’Engadine. Depuis 2009, les valeurs d’élevage sont estimées pour le caractère « gain journalier jusqu’au 45e jour », en distinguant entre le potentiel génétique de croissance de l’agneau et le potentiel génétique de production laitière de la mère. Sur cette base, il s’agit de sélectionner des animaux qui croissent rapidement tout en produisant beaucoup de lait. En 2012, la fédération a décidé d’élargir l’estimation de la valeur d’élevage aux paramètres de fertilité suivants : âge au premier agnelage, intervalle entre agnelages, taille de portée 1 et taille de portée 2.

Direction du projet : Hannes Jörg

Contact

Prof. Dr Christine Flury

christine.flury(at)bfh(dot)ch

Tél. +41 (0)31 910 22 64

 

Prof. Dr Hannes Jörg

hannes.joerg(at)bfh(dot)ch

Tél. +41 (0)31 910 22 66

Toolbox